Accident moto : qu’est ce qui tue (vraiment) les motards ?

Chiffres de 2017 – mis à jour le 09/04/2019

Sur la route, un accident mortel en moto a 20 fois plus de risques de survenir qu’un accident mortel en voiture. Une statistique qui nous pousse à nous lever le matin pour amener Liberty Rider dans tous les mobiles de motards.

Ceci est imputable à de nombreux facteurs (que l’on ne connaît que trop bien) : absence de carrosserie, manque de visibilité, puissance des machines pas toujours bien appréhendée… Dans quelles circonstances un motard est-il le plus vulnérable ? Nous avons fait le point sur les situations « à risques ».

Accident mortel en moto

Retrouvez en bas de page l’infographie qui résume les données de l’article.

Accident motard : quel type de moto ?

Vous l’aurez deviné, ce sont les plus grosses cylindrées que l’on retrouve impliquées dans la plupart des accidents mortels à moto (supérieures à 125cm3). Si la mortalité chez les conducteurs d’engins de moins de 125cm3 a tendance à diminuer, il n’en est pas de même pour les conducteurs de grosses machines, le chiffre diminue très (trop !) timidement d’année en année.

A quel âge meurt-on d’un accident en moto ?

Ce sont les plus jeunes d’entre nous qui sont les plus touchés. L’inexpérience mêlée à la fougue des premiers kilomètres ne font pas bon ménage. Ainsi, les accidents mortels en moto surviennent principalement chez les 18/34 ans.

Si cette catégorie d’âge ne représente que 20% de la famille motarde, ils incarnent également 43% des motards tués sur nos routes.

Mais nos aînés ne sont pas pour autant épargnés, d’autant plus depuis quelques années. On remarque en effet une augmentation du nombre d’accidents mortels en moto chez les 50/65 ans.

Si l’on ne comptait aucun tué en moto de plus de 60 ans en 2010, 100 personnes âgées de 55 à 74 ans ont malheureusement perdu la vie lors d’un accident en moto en 2017.

Dans quel environnement se produit un accident en moto ?

Si vous aussi, vous avez appris au permis que les motards se tuent seuls, sur route dégagée et par beau temps, soyez rassurés : on ne vous a pas menti.

En effet, un accident mortel a moto se produit hors agglomération dans 65% des cas (dont 6% sur autoroute). En clair : 2 accidents mortels en moto sur 3 ont lieu hors agglo ! C’est énorme ! Et dans cette configuration là, plus de la moitié des motards se tuent en courbe.

Alors on minimise les risques : on s’entraîne à négocier ses courbes sur un circuit, on fait un stage de pilotage, on se forme, on prend de l’expérience ou alors… on ralentit !

En agglomération, 1/3 des accidents mortels en moto ont lieu dans une intersection. Cela ne s’invente pas. Alors on se rend visible, on anticipe et on adapte sa vitesse dans toutes les situations.

Accident moto mortel : à quel moment de la journée / de l’année

C’est connu (et c’est légitime), les motards sortent moins en hiver qu’en été. Et s’ils sortent en hiver, les conditions climatiques délicates les poussent à faire preuve d’une vigilance constante.

C’est donc au retour des beaux jours qu’ont lieu la plupart des accidents mortels. Ainsi, les mois d’avril à septembre sont les plus accidentogènes, ils regroupent 70% des tués.

Au total, les motocyclistes représentent un quart des tués sur la route en cette période. 37% de ces accidents ont lieu le week-end, la plupart du temps sur un trajet de loisir.

On pourrait croire que la nuit amène son lot d’accidents mortels en moto, il n’en est rien. Les heures les moins accidentogènes vont de minuit à 7h du matin quand les pics d’accidents mortels en moto se situent à 14h et à 19h.

Seul ou collision : quelles circonstances pour un accident au guidon d’une moto ?

Un accident mortel à moto survient essentiellement lors d’une collision avec un autre véhicule (39% des accidents, soit 262 accidents en 2017). Ce sont ensuite les accidents mortels en moto sans tiers qui surviennent dans 258 accidents en 2017 (ces 2 circonstances d’accident mortel à moto sont aussi répandues l’une que l’autre).

Viennent ensuite les collisions avec les poids-lourds, le mobilier routier et urbain, d’autres motos, des piétons et des cyclistes… dans 22% des cas d’accidents mortels en moto.

Quand les motards ne sont pas équipés :

En 2017, 21 motocyclistes tués, dont 2 passagers, ne portaient pas de casque. Vous hallucinez ? Les chiffres sont pourtant là. L’absence d’équipement n’est bien sûr pas une cause d’accident mortel à moto, c’est cependant un facteur aggravant évident.

Alors on lésine pas et on met le paquet : casque, blouson, gants et chaussures montantes sont élémentaires. Jean renforcé ou kevlar et airbag sont des atouts non négligeables.

On ne vous répétera jamais assez de télécharger Liberty Rider, l’ultime équipement. Notre application augmente votre sécurité en veillant sur vous : vous trouverez les liens vers iTunes et Play Store en bas de la page.

L’inexpérience a sa part de respon­sa­bi­li­té dans les chutes :

C’est d’ailleurs pour cette raison que le permis A n’est désormais plus accessible qu’après 2 ans de permis A2 suivis d’une formation de 7h (permettez moi de vulgariser, pour les non-initiés : les motards doivent rouler sur des motos bridées pendant 2 ans avant de pouvoir profiter de n’importe quelle puissance de moteur).

Ainsi, depuis la mise en place du permis A2, la mortalité chez les jeunes de 18 à 24 ans n’a cessé de diminuer. Enfin un chiffre positif ! Enfin une réforme qui prouve son utilité auprès des motards 😉

L’alcool, un fléau encore trop présent, même en 2 roues :

23% des accidents mortels en moto impliquent un conducteur alcoolisé. C’est énorme et affligeant. Ceci veut dire qu’en moyenne, plus d’un motard sur 5 n’intègre pas les notions de sécurité les plus élémentaires.

Attention toutefois, l’alcoolémie n’est ici pas considérée comme facteur d’accident même mais bien comme facteur aggravant. Notez également que ce ratio est le même que pour les automobilistes.

La vitesse, incontournable facteur d’accident en moto

Les excès de vitesse commis par les motards sont plus importants que les excès de vitesse propres aux automobilistes. Ceci augmente considérablement la mortalité en moto.

Si 258 motards se sont tués seuls en 2017, le facteur vitesse n’est pas à négliger. Sans dire que c’est la cause première d’accident mortel à moto, c’est un facteur aggravant dans la plupart des cas.

Fait intéressant, relevé sur le site de la sécurité routière

« L’analyse de procès-verbaux révèle que dans 70 % des accidents corporels impliquant une moto, c’est l’autre usager qui est à l’origine du conflit. Dans 63 % des cas, ce dernier ne détecte pas la moto. Dans de nombreux cas, les motards font preuve d’une trop grande confiance dans leur comportement et dans leur analyse de la situation, et ne se méfient pas suffisamment des situations qu’ils rencontrent : ils ne tiennent pas compte de leur vulnérabilité et du fait qu’ils sont moins visibles que les autres véhicules. »

NB : cet article traite des accidents mortels survenus sur des engins de 125cm3 et plus, entre 2010 et 2017. Si les motorisations plus petites provoquent moins de dégâts, sachez que les chiffres sont relativement peu éloignés de ceux présentés ci-dessus ! La prudence est donc de mise, quelle que soit votre machine ! Mais là, on ne vous apprend rien. Source

Que pensez-vous de ces chiffres ? Etes-vous surpris ? Vous y attendiez-vous ? A vos commentaires !

Accident Moto : Les données sur les causes des accidents

45 réponses sur “Accident moto : qu’est ce qui tue (vraiment) les motards ?”

  1. Je suis ou plutôt j’étais motard depuis 30 ans, j’ai décidé de revendre ma moto actuelle et de tirer un trait définitif sur cette passion car je trouve beaucoup plus dangereux de rouler a l’heure actuelle qu’il y a 20 ou 30 ans, je n’ai jamais été un fou de vitesse la plus puissante que j’ai eu était une gpz 550 de 65cv et croyez le ou non j’ai toujours respecté le code de la route, jamais de chute après plus de 200000km parcourus mais quand je vois le comportement des autres usagers, gsm au volant voitures qui vous collent quand vous roulez a allure normale, 70 ou c’est limité a70 etc, quand je vois aussi les motards actuels ou devrais je dire les cons sur deux roues qui savent juste allumer en ligne droite ou qui arrivent a plus de 100 en ville sur leur supersport et qui s’étonnent que des voitures leur coupent la route etc etc je me dis que malgré toute mon expérience et ma grande prudence un jour mon tour va venir, je ne serais probablement pas en tort mais le résultat sera pareil malgré mon intégral ma veste renforcée mes gants et mes bottes je risque de me retrouver dans une chaise ou dans un cercueil, je suis parano pensez vous, non, je vieillis et n’ai pas envie de continuer a prendre des risques a cause des autres et de leur comportement irresponsable et parfois criminel, a la limite je reprendrais bien une xt500, moto de mes débuts et aller flâner dans quelques chemins de terre mais la route c’est fini pour moi…

  2. courtois dit :

    bonsoir je suppose que la vitesse en moto provoque des chutes ou des accidents assez grave ou mortel mais faut pas oublier que les automobilistes ne nous vois pas et ensuite les chaussees qui degrade des nids de poule alors arreter de de nous flashes et si vous voulez respecter les motards et bien nous respecterons le code de la route

  3. MALFETTES Bruno dit :

    Bonjour,

    Passionné d’engins mécaniques depuis gamin, dont les motos, en passant par les avions, voitures et les bateaux … je ne m’estime pas motard, je ne sais pas conduire un deux roues correctement dans les virages, j’ai toujours eu peur de pencher, ce qui m’a valu toutes les gamelles, j’ai eu un vélo vers 7 ans et j’en garde les cicatrices 51 années après, et puis la Honda XLS 125 (kité 175 … chuut) . . . tout droit dans un virage par peur de pencher …
    Je suis bien plus dans mon élément sur les comportements des masses d’une auto, appris et senti très jeune ces transferts sur des caisses à savon, parfois sans freins, ou peu .

    Les deux roues motorisés et les autos sont d’une utilisation obligée dans une vie active, autant que la grammaire, les mathématiques, la géographie et le sport, une matière régulière pour appréhender la route en toutes circonstances, tout montrer et expliquer, faire peur, montrer des vidéos, des images sur les risques de l’excès ou la négligence mécanique, faut éduquer très tôt pour savoir frapper les esprits .
    En majorité les parents ne savent pas, manquent de temps et de recul pour se poser sur cette importance, .. , pourquoi l’éducation nationale ne mettrait pas en place une nouvelle matière générale qui marquerait les gosses ?

    … marqué, on fait gaffe à plus de choses, pas à tout, mais plus .

    1. Raphaël dit :

      Punaise , tu es mon frère jumeaux ??? Lol , tout ce que tu as dit c est ce que je pense á 100 pour cent ! , moi j’ ai envie de reprendre une moto ( je viens d une moto de course ) et quand je vois déjà en voiture les gens te colle même sur l auto route et te dépasse en te frôlant !!! Je me dis houllaaaa , j hésite , et moi j avais à l époque une ténéré et bien envie de reprendre une machine comme ça pour faire des chouettes tours sur routes un peu torturé , bois , champs ( très fun ) , et ton choix xt 500 super bécane 👍

  4. Gérard Simon dit :

    J’ai 76 ans, je conduis un 2 roues depuis 62 ans, des gros cubes depuis 58 ans. J’ai subi plusieurs chutes sans gravité. Il est un fait certain, que si on respecte le code de la route à la lettre, le risque d’accident est pratiquement nul. Mais malheureusement personne ne le connaît parfaitement. De plus ce code est impossible à respecter. Juste en ce qui concerne la vitesse. J’ai compté, sur un parcours de 10 Km onze changements de limitation de la vitesse. Toutefois je m’efforce de le respecter et je préconise à tous les motards de faire de même. Longue route à vous tous.

    1. Bonjour Gérard !
      Merci pour ce retour de motard expérimenté.
      En effet, le respect du code de la route fait déjà énormément la différence.

      V à toi!
      L’équipe Liberty

  5. je suis une maman et j’ai perdu mon fils de 28 ans le 19 décembre 2016 EN MOTO
    Il n’avait pas eu son permis moto et a tout de même emprunté celle de son copain.
    Pas d’enquete au niveau de la police puisqu’il n’avait pas son permis.
    Bref nous ne serons jamais la cause de l’accident !
    Sachez que je suis une maman dévastée, sa disparition m’est insoutenable.
    J’ai gardé ses blousons de moto…..
    Voilà
    Oui la moto peut être une passion mais parfois a quel sacrifice

    1. Bonjour,
      Ton témoignage à ému toute l’équipe,
      Nous sommes de tout cœur avec toi,
      La communauté est là dans les bons comme les mauvais moments liés à la moto,
      L’équipe Liberty Rider

  6. Une question naive :
    L’algorithme de détection d’accident est-il adapté dans le cas d’une utilisation de 2 roues style vélo ou VAE ?

    1. Hello Alain,
      On y a sûrement répondu dans les précédents commentaires ! 😀
      Oui, la détection fonctionne sur un deux-roues dès 30km/h environ. Si vous roulez vite à vélo, alors on peut détecter la chute.
      Cependant l’application n’est pas conçue pour, donc on ne peut rien confirmer.
      Bonne route !

  7. Damien BERTHELEMY dit :

    Entre passer sa vie à jouer au Scrabble, et la crâmer bêtement trop tôt, il y a une synthèse à faire en privilégiant les activités avec un bon ratio risque/plaisir.
    Et c’est justement immature et illusoire de croire que le plaisir est lié à la prise de risque : il vient de la maîtrise. La maîtrise de la technique, mais aussi la maîtrise de soi (c’est pour ça qu’on le confond avec la prise de risque). Bref la recette pour se faire plaisir, ce n’est pas de débrancher son cerveau et de mépriser sa propre vie, mais de bosser, d’apprendre à faire joujou avec son bouzin.

    C’est plus jouissif de poser le genou à 40 km/h que de taper un 280km/h en ligne droite sur autoroute. Evidemment que c’est tentant de voir ce qu’elle a dans les tripes notre nouvelle moto. C’est du domaine de la faiblesse d’essayer une ou deux fois… et de s’apercevoir qu’à cette vitesse, il n’y a pas beaucoup de tronçons d’autoroute qui paraissent droits 😉 Mais c’est du domaine de la pathologie mentale d’y prendre goût.
    Le circuit, c’est une excellente façon de se passer l’envie d’aller se tuer sur route. ça oblige à trouver ensuite son plaisir autrement sur route. Parce qu’attaquer sur route avec une espérance de vie de 10 ans parait fade alors qu’en attaquant comme sur circuit on aurait une espérance de vie de 3 jours.

    ~50 ans (permis moto sur le tard à 35 ans), 3 chutes sur routes (2 seul en jouant en épingle, 1 collision auto que j’ai surprise en accélérant trop fort en ville), 4 sur circuit. Et accessoirement pompier volontaire…

    1. Très juste Damien !
      Merci pour ton retour d’expérience 🙂
      V à toi

  8. Hello,

    J’ai lu pas mal de commentaires, je suis aussi en formation A2 et idem ma moto école insiste bien là dessus, ils essaient de nous expliquer les situations à risque qu’ils ont vécu pour que l’on ne fasse pas les mêmes erreurs, que ce soit en plateau comme en circu, d’ailleurs en circu à chaque sortie j’en apprend plus sur le comportement de la moto, perso en virage je ralentis pas mal, j’ai pas trop confiance, toujours une petite peur de perdre de l’adhérence.

    Bref, ma solution, avoir mon A2, déménager proche du boulot et commencer la moto en ballade pour la connaitre avant de me lancer sans expérience dans le traffic, je trouve qu’en moto école faire 24h de plateau et 6h de circu c’est complètement illogique. On a le permis A2, mais personne ne sait réellement conduire sa moto.

    Je ne suis pas un fana de vitesse, je respecterai tout ce que l’on m’a appris et je serai le plus attentif possible (ce que je fais déjà en voiture) et bien équipé (full cuir), après si un mec me fonce dessus, c’est que c’était mon heure …

    V à tous

    1. Top! C’est de bons réflexes.
      Merci pour ton retour,
      V à toi

    2. Hello.. pour renchérir >
      Le danger est la confiance, l’anticipation est une très bonne sauvegarde et la vitesse rend l’accident fatal (met ton casque et court contre un mur la tête la première, tu auras reproduit un accident à 12 km /h, j’ai pas essayé !). Conduire prudemment, bannir « je verrai bien si ça passe », bannir la course, ne pas doubler sur les croisements (à ça si je pouvais le mettre en gras italique souligné, taille 72), porter un gilet jaune la nuit (j’ai failli, en voiture, shooter un motard dans un rond point : ciel gris, moto grise 1200gs , vêtements gris – malgré ses feux, pas vu arrivé mais ouf…)…. Ne pas passer un feu vert en toute confiance, il y a des passeurs de feu rouge et des inattentifs.
      Alors oui c’est chiant de conduire en totale méfiance mais c’est comme ça et ça limite le risque. On n’est encore pas à l’abri.
      Ne pas toujours dire que c’est les la faute des autres, mauvaise excuse, beaucoup de motard se tue seul. Du gravier, une bouse what else
      La moto c’est aussi respirer et regarder le paysage…profiter
      Je vous le souhaite le plus longtemps possible amis motards V
      Christophe – 52 ans 34 ans de permis A3…

    3. Excellents conseils, très justes et utiles. Merci d’apporter ces retours d’expérience, qui manquent à beaucoup..
      V à toi

    4. Et encore votre auto école fait un minimum de pédagogie et vous avez fais bien plus d’heures que le minima prévu par la loi. Personnellement je n’avait jamais conduit de 2 roues avant, et fais 12H de plateau et 8 sur route, mais sans réelle explication des pièges à éviter hormis ce qu’il est marqué dans les fiches à apprendre. Je suis resté 1 an sans conduire après le permis. Maintenant j’ai beau faire 90km par jour à moto pour aller bosser je ne fais pas le fier à l’approche des virages car je sais que je ne maîtrise pas encore mon engin.
      Le problème est que pour progresser il faut bien tester petit à petit ses limites, mais je n’ose pas, de peur de finir au sol…

    5. Hello Michel, n’hésite pas à faire des stages, des formations voire même t’offrir des tours sur piste afin d’apprendre les limites d’une moto (et de voir que souvent tu es plus en sécurité que tu ne le penses), mais en effet, les pièges ne s’apprennent pas l’auto-école et c’est bien dommage ! ✌✌

  9. Bonjour à tous.
    2 circonstances :
    Soit on est seul sur la route, avec vue dégagée; le risque de chute augmente avec la vitesse, sur tout sur route sinueuse.

    Soit on roule avec d autres vehicules; on doit se fondre dans le flot si notre moto est assez puissante;si on a une petite cylindrée, on tient bien sa droite, et on sert les fesses!

    Après se pose le problème des intersections: se méfier toujours! Dans le doute, ralentir.

    Enfin, s affirmer, se montrer cad rouler avec son code tout le temps, ne pas faire peur aux autres usagers , par des conduites agressives.
    Et aussi se méfier des accélérations trop appuyées,qui ne permettent pas à l autre usager d apprécier le temps de passage à un croisement;avec donc risque d engagement de son véhicule, et de collision.
    Hier, accident mortel route de Parthenay, à NIORT,à un carrefour.le conducteur de l auto dit qu’ il n a pas vu la moto !!?? À méditer.
    BONNE ROUTE . CORDIALEMENT.
    C.G.

  10. Jacques Pierre ZAUGG dit :

    Bonjour
    Je suis motard, 47 années de conduite. Je suis toujours en vie malgré quelques presque accidents (moitié par ma faute, moitié par les autres)
    Les chutes c’était en 125 cc, collision en 125 cc. Lorsque je suis passé à un 750 Honda, j’ai redoublé de prudence. A 22 ans, on ne veut pas casser sa moto (pas d’assurances tous risques et un prêt qui représentait 1/3 de ma paie).
    Toutefois dans les années 80, je roulais beaucoup plus vite qu’aujourd’hui, le réseau routier n’était pas autant chargé.
    Il est vrai que le motard analyse la route beaucoup plus qu’un automobiliste, car nous ne voulons pas de collision, avec les dégâts associés. Même si l’on est attentif, le risque est toujours là. Il faut savoir ralentir, boire un café, repartir serein. Le temps de l’accélérateur au taquet est révolu. Quand on est jeune on est un peu fou, on se prend pour un Valentino Rossi en herbe…. Aujourd’hui, pour avoir des suées d’adrénaline, il faut aller sur des circuits, c’est plus sage. Johan Zarco à ouvert une école de pilotage dans la région de Nimes. A 65 ans, j’apprécie la moto tout autrement, des ballades et des voyages, la sagesse.
    J’aime trop la moto, les motards, les échanges entre nous, nous avons tous des histoires à raconter, c’est pour cela que je suis devenu prudent.

    1. Merci pour ton retour Jacques Pierre ! Très juste et sage. En espérant que des jeunes motards passent par là ! V à toi

  11. Bonjour,
    Je roule toujours très vite.. Voir au dessus de la réglementation !!
    J’ai eu un accident je roulais à 40kmh une voiture à grillé un feu rouge.. 3 fractures donc bon la vitesse à bon dos.. Et les automobilistes qui disent  » je l’avais pas vu, c’est sur les yeux sur le portable on voit pas grand chose !!

    1. Hello ! En effet, le portable est un fléau sur la route.. La technologie est vite arrivée, il faudrait qu’elle rende aussi les voitures autonomes afin qu’elles nous épargnent ! J’espère que les fractures sont réparées? V à toi

  12. On ne peut pas rouler en moto et se plaindre que les autres sont dangereux. C’est une donnée de base que l’on connait dès le départ. Si on n’a pas envie d’affronter ces risques, on roule en bus.

    Mais pour beaucoup (malheureusement), l’adrénaline à moto vient du danger lui-même.

    Chacun est libre de conduire sa moto en prenant soin de lui ou en considérant que c’est aux autres de faire attention à lui : les automobilistes, les virages, les arbres, l’Etat, les piétons etc… Bref, jamais moi, toujours eux.
    C’est sûr qu’être prudent, ça fait pas viril devant les potes…
    Mais croire que parce qu’on est sur une moto on est libre, invincible et plus malin que tout le monde, c’est ignorer que les hôpitaux et les morgues sont pleins de motards qui n’avaient jamais eu d’accident auparavant.

    Il y a au moins 3 domaines où l’on n’est jamais le plus fort :
    La route, la mer et la montagne.

    1. Hello Marc,
      Entièrement d’accord avec toi !
      On essaye de sensibiliser les motards (à travers cet article par exemple) au risque auquel ils sont exposés.
      C’est pour cela que l’application est née, car malheureusement, même sensibilisé le risque persistera.
      Merci pour ton retour,
      V à toi

  13. Salut à tous je rentre seLement d’un trip dans l’Averon avec trois autres compères motards , les routes sont super, pas beaucoup de ciculation. J’ai lu l.article et les statistiques qui sont toujours trop graves quand on’ perd un ami, un proche, mais je pense que ce qui nous maintien en vie c.est le fait d’etre Toujours en attention,en pression, en alerte vigilance, à chaque instant que l’on passe au guidon de notre machine. Et je suis désolé de le dire mais à 80km|h on perd toute cette attention et c’est là le vrai
    danger.j’ai seulement 56ans et 32ans d’experience…
    Restez ultra vigilants et vous survivrai.
    Bonne route à tous

    1. salut
      Je ne comprend pas ce que tu veux dire ?
       » Et je suis désolé de le dire mais à 80km|h on perd toute cette attention et c’est là le vrai danger. »

      A 80 ou 90 on roule zen je trouve. Traverse la suisse à 80 tu verras comme c’est plaisant.

  14. Clément dit :

    Bonjour, super article qui nous remet bien les pendules à l’heure,
    Étant jeune motard, un seul chiffre me sidère, 70 % a cause d’un tiers.
    Il y a tout juste 20 minutes un automobiliste à décider de rouler à 30 devant moi en sortie de virage car il trouvais que ma moto faisait trop de bruit et donc que je devait rouler vite… ses nombre devraient être communiqués aux automobilistes aussi qui ne sont guère plus safe que les « jeunes et fougueux motards en sportive »
    Sinon vraiment super article qui mérite d’être lu encore et encore

    1. Hello Clément ! Merci pour ton retour. En effet, les tiers sont souvent dangereux et les exemples ne manquent pas .. On doit être vigilants chaque seconde.
      Prudence sur la route ! V à toi

  15. Bonjour à tous les motards
    C’est génial une moto un équipement flashing une vitesse raisonnable un grognement d’enfer de la moto et si le mec est mimi alors là c’est la totale

  16. Bonjour il ne faut pas oublier que les circonstances de roulage ont changé avec le temps, les automobilistes utilisent leur GSM au volant et sont de plus en plus agressifs, collent les autres véhicules trop près etc, par contre les motards qui allument n’importe ou avec des R1 ou autre gsxr je les plains pas, débouler a 140 en agglo et se faire couper la route c’est jouer avec la grande faucheuse non ?

  17. Je constate bien souvent que nombre d’entre nous roulent malheureusement avec trop peu de marge… Lorsque je roule en montagne, je suis stupéfait par les vitesses d’entrée dans certains virages ou courbes en aveugle par certains d’entre nous… Connaitre le virage, c’est bien, mais ça ne suffit pas… ça passe la plupart du temps, jusqu’au jour ou il y a une situation hors norme… Je ne suis donc pas surpris pas les chiffres… En moto, il faut garder le cerveau au frais et sur « On »… Pour les pilotes en herbe, allez faire les malins aux Tourist Trophy 🙂

    1. Et oui tout à fait raison
      Le plus simple serait que la vitesse ne puisse pas dépasser la vitesse maxi réglementée

  18. Intéressantes statistiques, dont le principal ne prend qu’une toute petite place :

    « L’analyse de procès-verbaux révèle que dans 70 % des accidents corporels impliquant une moto, c’est l’autre usager qui est à l’origine du conflit. Dans 63 % des cas, ce dernier ne détecte pas la moto.  »

    Certes, nous motards doivont être vigilants, en permanence, mais la manière de conduire des Français a changée ; très « colle aux fesses », c’est infernal il faudrait commencer par sanctionner sévèrement cette attitude.

  19. Merci pour ce très bon article synthétique qui va à l’essentiel.
    Motard de 52 ans roulant – après 10 ans d’interruption – sur un roadster moderne « très très sportif », j’ai repris en faisant des stages/coaching de pilotage sur circuit pour mieux maîtriser ma machine, et je ne saurais que le conseiller ardemment à tous : c’est à 1000% utile et ça fait une vraie différence ensuite… Les machines d’aujourd’hui ont des performances sans commune mesure avec celles d’hier (elles accélèrent beaucoup plus fort, mais freinent et tiennent la route aussi largement mieux) : notre propre formation est donc primordiale et doit être constante. D’autre part, « sur route dégagée en ligne droite », je suis extrêmement raisonnable, parano et vigilant : le nombre d’automobilistes qui débouchent devant nous parce qu’ils ne nous ont pas vus est impressionnant.

    1. Bonjour John!
      Merci pour ton retour,
      C’est un très bon (et sage) choix de se former via des stages. Nos partenaires de Team2r à Toulouse sont spécialisés dans ces formations et c’est clairement un plus pour la sécurité. Comme tu dis, ça fait la différence sur la sécurité mais aussi sur le plaisir qui en découle.
      En effet, l’évolution des motos est énorme au fil du temps. Chaque année les performances sont bien meilleures, aujourd’hui sont accessibles des missiles qui ne l’étaient pas il y a quelques années.
      Nous sommes ravis !
      Bonne route pleine de sécurité,
      Et avec Liberty Rider 😉
      L’équipe ✌

  20. Bonjour, motard moi-même,je roule exclusivement en Goldwing depuis 1980, c’est ma 7ème en 38 ans, donc pour ma part ,conduite relax et cool comme il se doit avec ce modèle de motos…A propos des causes d’accidents mortels (entre 600 et 630 par an en moyenne d’après les stats officielles) il convient aussi de préciser que c’est souvent du au comportement irresponsable de certains comme on peux le constater tous les jours ,généralement des jeunes en sportives adeptes de vitesses excessives et autres incivilités comme cette « mode »de plus en plus répandue qui consiste à faire des roues arrières sur la voie publique ,ceux là mêmes qui prennent « bien soin  » de camoufler ou replier leurs plaques pour continuer en toute impunité leurs conneries sur la route et qui pourtant participent à des manifs pour se plaindre du durcissement de la législation et de la baisse de la vitesse à 80 kms ! j’en connais 2 ou 3 à qui je ne manque pas de leur faire remarquer et dire ma réprobation à chaque fois que je les rencontre ! Voilà ,c’était juste un p’tit coup de gueule,je sais bien que ça sert à rien et que malheureusement l’hécatombe continuera quoi qu’on dise et qu’on fasse ! V à tous les motards …responsables ! 😉

    1. Bonjour Michel,
      En effet, l’article va dans ce sens aussi : il faut être prudent quand on est en deux roues, pour soit comme pour les autres usagers de la route.
      Les statistiques démontrent bien que malheureusement la sagesse vient avec l’âge.
      Merci pour votre retour,
      Continuons à répandre la sécurité en conservant le plaisir du deux roues, quitte à le pratiquer sur circuit.
      Bonne route à vous,
      L’équipe Liberty Rider
      V

  21. Caroline Thiebaud dit :

    Bonjour, titulaire du permis A2 depuis 2017, j’ai pris le temps de lire votre article. Pour ma part, l’auto école dont je faisais partie, nous a bien informer des risques, votre article est similaire à mon apprentissage, toute personne novice est consciente des risques car ceux ci, ainsi que les statistiques nous sont bien répétées durant notre apprentissage de la conduite d’un deux roues. Il est fort appréciable de le relire afin de ne pas oublier, que l’automobiliste ne nous entend pas et nous voit pas arriver derrière son véhicule. A chacun d’être vigilant et surtout conscient, que lui seul est maître de son véhicule en adoptant sa conduite, sa vitesse, apprendre à anticiper face à une situation délicate. Merci pour votre article

    1. Hello Caroline,
      Ravi de lire que l’auto école vous a déjà bien sensibilisé.
      Exactement, vous avez tout compris !
      Merci à vous pour votre retour,

      Bonne journée et bonne route,
      Liberty Rider

  22. olagnon g dit :

    en equilibre sur 2 roues sans carrosserie , malgré toute la technologie et la puissance embarquées ( qui permettent souvent d eviter le pire ) tu te dois de rester humble et de toujours redouter et anticiper les conneries des autres (70% des causes) . par contre , très surpris par le taux d accident en Solo !!

    1. Hello !
      En effet, il faut rester prudent au quotidien.
      On rappelle tout ça pour limiter les accidents en remettant les faits sous nos yeux motards.
      Car même si l’application détecte les accidents, on préfère ne pas avoir d’alertes..
      Bonne journée
      L’équipe Liberty Rider

  23. Bremond Jean-Bernard dit :

    Bonjour . Je découvre votre site et le trouve très bien fait . Après avoir lu vos divers commentaires , me voilà rassuré et ma passagère aussi . Âgés de 65 ans et avec 11 ans d’expériences moto vos chiffres statistiques sont éloquents. Toujours et encore plus de vigilence de notre part . Et / Ou la devise de la madone des motards  » Souviens toi, Sois prudent  » sont pour toujours d’actualité . Merci et bravo pour ce que vous faites . Gazzz.

    1. Bonjour Jean-Bernard,
      Merci pour votre retour, nous sommes ravis que l’article vous apporte réassurance et conforte l’importance que vous accordez à la sécurité.
      C’est aussi notre travail au quotidien,
      Merci pour votre soutien !
      Gaz ! ✌

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *