En ce mois de mars, nous souhaitons mettre en lumière ces femmes motardes dont on ne parle pas assez, et pourtant de plus en plus présentes dans ce milieu connu pour être principalement masculin.

On commence cette série de portraits avec Laure Braghini, fervente utilisatrice de Liberty Rider depuis sa création, (très) grande rouleuse routière et pilote sur circuit depuis peu ! Laure se lance cette année pour la première fois dans la Women’s Cup et devient notre partenaire. C’est avec une grande fierté que nous l’accompagnons dans cette aventure avec, on l’espère, beaucoup de réussite. 

Récit d’une motarde passionnée qui n’a peur de rien et qui est prête à vivre ses rêves les plus fous !

Plus qu’une balade, une aventure ! Rejoins la tribu !

  • App StoreApp Store
  • Google PlayGoogle Play
laure

Une passion bien ancrée

A 36 ans, Laure est gendarme de profession mais avant tout motarde aguerrie depuis 15 ans. Avec ses 12 000 km par an, sa moto est son moyen principal de locomotion et elle n’hésite pas à sillonner les routes de France dès qu’elle le peut. Si certaines sont plongées dans l’univers de la moto dès leur plus jeune âge grâce à des proches motards, Laure quant à elle, ne sait pas d’où lui vient ce goût prononcé pour la moto. Elle n’en reste pas moins particulièrement fière.

“Je n’ai pas de parents motards, je ne sais pas d’où cette passion me vient, mais ce dont je me souviens, c’est que les posters de moto ont précédé ceux des boysbands sur les murs de ma chambre, et que, contrairement à ceux-là, ils n’ont jamais disparu !” 

Les débuts sur circuit 

Ce n’est que par hasard que Laure est rentrée dans le milieu de la piste, non sans succès. C’est grâce à son concessionnaire qu’elle a découvert la piste en 2008. Au début, la piste n’était qu’un loisir auquel elle se rendait 2 à 3 fois par an pour le plaisir de prendre de l’angle. 

“À mon 1er roulage, j’y suis allée à moto. À l’époque, j’avais un 600 hornet. En arrivant le matin, on a démonté les rétroviseurs sur place, scotché les feux et ajusté la pression des pneus. Le soir, on a remis la moto en version route pour que je rentre.” 

laure braghini

Quand tout s’accélère 

Ce n’est qu’en 2019 lorsqu’elle reprend la piste, qu’au hasard des rencontres tout s’accélère. La pratique prend petit à petit plus de place dans sa vie et ce qui n’était à la base qu’un passe-temps plaisir devient vite un défi passionnant à relever ! Plus tard, l’association AK Racing la démarche. Ayant besoin de profils passionnés, Laure est la parfaite candidate. Finalement, en juin 2020, Laure décide de sauter le pas sur les conseils de ses proches. Fin de la pratique sur circuit avec sa « routière », Laure prend une moto adaptée à la piste ce qui lui vaut une baisse notable de ses chronos. 

“En 2019, des opportunités se sont ouvertes à moi. Je les ai saisies. Aujourd’hui, j’ai donné une autre dimension à ma passion. Je rêve les yeux ouverts.”

Un beau projet à venir : La Women’s Cup

C’est en août 2020 que le début de l’aventure commence officiellement. Sur la base d’un simple pari, Laure se retrouve à entamer les démarches nécessaires pour participer à la Women’s Cup. Ce championnat de France 100% féminin permet de mettre le pied à l’étrier aux femmes qui souhaitent se lancer en compétition. De plus, il permet d’illustrer les pures débutantes avec sa catégorie rookie dont Laure fera partie cette saison.

“Un jour, je roulais avec mes potes et ils me gonflaient à me parler de la Women’s Cup. Du coup, je leur ai dit que si je ne descendais pas en dessous d’un certain chrono, je n’irai pas. Et j’ai réalisé ce chrono alors que je le pensais inatteignable pour moi. J’étais prise à mon propre piège ! Comme je ne suis pas du genre à me dégonfler et que j’aime les défis, me voilà ! »

Un tempérament de championne  

Déterminée à vivre son rêve comme il se doit, Laure est à la recherche de sponsors depuis le mois de novembre, aidée par son équipe. Si la situation sanitaire actuelle complique fortement la recherche, elle ne se décourage pas. Elle compte à l’heure actuelle 5 sponsors et 5 à 6 partenaires qui l’encouragent et l’aident à mener à bien son projet. 

“Je ne saurai pas dire si le fait que je sois une femme est un frein dans ma recherche de sponsors, je n’ai pas ressenti ça. La majorité de mes refus sont liés au Covid car cela a impacté beaucoup d’entreprises. À moins qu’ils utilisent le covid comme excuse “facile”, mais ça je ne le saurai jamais ! (rires) Selon moi, la plus grande difficulté est surtout de ne pas recevoir de réponses, même de la part d’entreprises dont je suis cliente. C’est assez frustrant et décevant de ne pas recevoir de réponses, même négatives, alors qu’on s’investit derrière.”

laure braghini

Ce que lui a apporté la piste 

Au-delà de la compétition, la piste lui a beaucoup appris et l’a aidé à mieux rouler sur route. Sa pratique à bon niveau de l’équitation l’a sans doute aidé à solliciter les bons muscles et réflexes nécessaires pour rouler sur piste.

“Sur piste, on apprend à connaître sa moto parce qu’on apprend à la sentir et on est amené à tester des choses. Tu peux prendre plus d’angle, tu peux aller plus loin, tu apprends l’usage du frein arrière, plein de tips qui t’aident à mieux appréhender un virage sur route par exemple. Au final, tu te rends compte que ta moto est capable de bien plus que ce que tu penses et que le facteur limitatif… c’est le pilote (sauf quand tu t’appelles Marquez bien sûr) !”

Quand “tout est possible”

Sans faire de généralités, le monde de la moto est connu pour être macho. Les femmes sont peu mises en avant, et peu nombreuses en compétition. Sur la Women’s Cup par exemple, toutes les catégories de cylindres sont mélangées alors que chez les hommes, les catégories sont divisées. Laure l’assume, elle n’a rien à prouver à personne. Elle s’est lancée dans cette aventure pour son propre plaisir, avec la volonté de démocratiser un peu plus ce sport auprès des femmes. 

“Si j’avais un conseil à donner à des femmes qui souhaitent se lancer ce serait d’oser. On a qu’une vie et réaliser ses rêves n’a pas de prix. Au pire, on échoue, mais on ne regrette rien. De base, je n’étais pas du tout destinée à faire de la compétition et encore moins dans cette discipline. Je me vois encore regarder la Women’s Cup du haut de la tribune aux 24h du Mans et me dire “ces filles sont géniales, elles envoient du lourd” sans savoir que 2 ans plus tard je serai à leur côté. J’aimerais vraiment que mon expérience serve à toutes celles qui souhaitent se lancer et qu’elles puissent en profiter ! Tout est possible.” 

Merci à Laure de nous avoir accordé du temps, nous lui souhaitons de belles choses et de la réussite pour tous les futurs projets à venir ! 

Si vous souhaitez soutenir Laure dans sa recherche de sponsors ou partenaires, ou la soutenir tout court, n’hésitez pas à liker ou la contacter sur sa page Facebook ✌️

partenariat femme motarde

Découvre les portraits de la Team Liberty :