5 conseils pour être un bon passager moto

Un passager à moto, c’est ce qu’on appelle dans le langage courant du motard un sac de sable. Etre sac de sable, ça n’est pas comme être passager en voiture. Si on ne sait pas s’y prendre, on a vite fait de gêner le conducteur. Pour ne pas prendre le risque de se faire déposer au coin d’une aire d’autoroute, suis le guide pour devenir le (ou la) meilleur(e) des sacs de sable.

5 conseils pour être un bon passager moto

#1 Communique avec ton conducteur

L’intercom reste la meilleure des solutions pour communiquer avec ton conducteur. Il y en a pour tous les prix et pour tous les usages. Chez Liberty, on a une préférence certaine pour les intercom Cardo. Le prix d’achat est certes un peu élevé (compte 170€ environ pour un Freecom 2+) mais la qualité est au rendez-vous. Tu pourras écouter et parler distinctement avec le pilote pour un maximum de confort.

A défaut de vouloir mettre en place un système de télécommunication, mets au point un langage clair avec ton pilote avant de prendre la route.
Par exemple « je serre les jambes » veut dire « ralentis », ou encore « je tape sur ton torse » veut dire « arrête-toi ».

Par ailleurs, prends bien conscience que les piétons et autres usagers de la route entendent parfaitement ce que tu crieras à ton conducteur lorsque vous traverserez une agglomération. On est convaincu que notre voix est couverte par le bruit de notre moteur et en fait… non. C’est pas le moment de s’engueuler ou de se faire des confessions hasardeuses ou alors… opte pour un intercom !

#2 Adopte la bonne attitude

La meilleure position pour un sac de sable, c’est :

  • un bras devant qui encercle le torse du conducteur
  • un bras sous la selle ou sur la poignée du passager
  • des pieds correctement placés qui ne sont pas en contact avec le pot d’échappement de la moto (spoiler alert : les semelles, ça fond vite)

Par ailleurs, n’oublie pas : là où ton pilote va tu vas. Si ça coule de source, sache que tout ton corps doit avoir conscience de ça. Ne te contente pas d’être un poids mort à l’arrière du véhicule.

  • Porte ton regard au loin sur la route
  • Suis au plus près les mouvements du conducteur (penche quand il penche… et du même côté que lui !)
  • Garde la tête d’un côté ou de l’autre du casque du conducteur (pas derrière, sinon : gare aux coups de casque excessivement agaçants)
  • Evite les mouvements brusques… voire les mouvements tout court.

En clair : fais-toi oublier ! Mais tout en profitant de ton trajet, bien sûr 😉

#3 Gère au mieux les freinages et les accélérations

Quand ton pilote accélère, le bras que tu as mis autour de son torse t’évite de te faire éjecter de la moto.
Quand ton pilote ralentis, retiens-toi à la poignée passager pour ne pas écraser le pilote contre son réservoir. Tu peux également appuyer avec ton autre main sur le réservoir pour compenser au mieux la décélération.

#4 Fais confiance à ton pilote

Une des règles évidentes que tout sac de sable devrait adopter avant même de monter sur la moto de son pilote, c’est de lui faire confiance. Alors, certes, la moto, c’est dangereux. Mais si tu n’as de cesse de le lui rappeler en l’incitant à ralentir ou en gesticulant constamment, ça ne sera du plaisir ni pour toi ni pour lui.

En montant à l’arrière d’une moto, tu signes pour de belles sensations et un peu d’inconfort… (Sauf si tu as la chance de partir sur ce genre de bécane… Mais c’est plus la même catégorie, là).

5 conseils pour être un bon passager moto - voyage en Goldwing

Fais part de tes craintes éventuelles à ton pilote avant le départ et laisse-le adapter sa conduite en conséquence.

En clair, tu es là pour profiter, ton pilote aussi. Et ça passe par une bonne dose de confiance… et de bonne humeur !

#5 Passer son permis moto

Le meilleur moyen de comprendre ce qui vit le pilote quand il transporte un sac de sable, c’est de devenir pilote soi-même ! Alors comme dernier conseil, on ne pourra que t’inciter à passer le permis à ton tour. Non seulement tu comprendras ce que vivais ton pilote quand tu n’accompagnais pas parfaitement ses mouvements mais il y a également de fortes chances pour que tu ne veuilles plus jamais être passager(e) ! Et ça, c’est la promesse de redécouvrir la moto avec encore plus de sensations !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *